L'implication au travail : oui, ça ne se décrète pas !

Publié le par PP GIRARD

Christophe Blazquez, blogeur de hautes montagne,  nous a fait part de sa synthese-reflexion d 'une de ses escapades en conference dinatoire, à la rencontre de Maurice Thevenet, sur le thême de l'implication au travail. L'implication, parlons en :

Implication, motivation, effectivement comme CB le dit dans son post, " il est illusoire de vouloir créer de l'implication", il est illusoire de vouloir créer de la motivation. Mais plutôt de se demander comment, par quels moyens, quel environnement  pour que les personnes fassent qu'elles se motivent , qu'elles s'impliquent.

Impliquer, motiver : c'est le quotidien du manager
A mon avis, ceci nous renvoie à notre culture, "culture plus nature". S'impliquer c'est prendre du plaisir. Prendre du plaisir, c'est produire, si on est decu par son travail on peut toujours changer ses désirs (le projet professionnel), et d'un nouveau désir naitra le plaisir, et d'un plaisir l'envie de produire. (Pyramide de maslow : besoin>désir>plaisir>produire)
Ca renvoie aussi à la notion  de valeur(s) (culture). Bien entendu, il est illusoire de vouloir agir sur les valeurs d'une personne, valeurs enfouient  au plus profond de l'inconscient individuel. Ou bien ça deviendrait de la manipulation... :(

Finalement pour faire que l'on soit impliqué, il faudrait  être (predisposé). Et les râleurs dans tout ça... de grands enfants rebelles jamais satisfaits ? Des personnes capables d'aller aux extrèmes limites de leurs compétences, de leur talent, à  l'instar de ces champions dans le sport pour prendre cet exemple extrème (pas si décalé que cela) et qui faisait dire à un ancien coach de l'equipe de france de football :  " les joueurs, ce sont des éternels insatisfaits ! " et oui, mais quel talent, il faut bien l'expertise d'un manager lui aussi de talent pour gérer cette "mécanique" de précision.
Sans aller jusque là, comme la formule célèbre de Perretti  "Tous DRH",  chaque manager, n+1+2...+n, de l'entreprise est un manager de proximité,
du moins il doit le devenir !
Autrefois, être médecin, prêtre, boulanger,...,on parlait de vocation, aujour'hui être manager c'est aussi une vocation !

Publié dans Management

Commenter cet article

Christophe blazquez 27/02/2006 19:34

Cher PPG,C'est comme cela que l'on passe de blogger en herbe à blogger confirmé !  :-)Bonne continuation et bon blogging Christophe

PPG 27/02/2006 17:01

pas de modérateur, la porte est grande ouverte, par contre cet AM, j'ai remarqué quelques ratés, en core un coût du pamplemous acide...cracheur de pépins, ou un conflit de blog.Je suppute un peu de  "bidouillage" du côté de chez over blog...au fait ton dernier post sur la sematique du 2.0 est bienvenue, j'apprends j'apprends.a +

Christophe blazquez 27/02/2006 15:54

Non je n'ai pas eu l'occasion de participer au carnaval biarné.Est-ce que tu modérerais les coms ?Bonne continuation et @ bientôtChristophe

Christophe blazquez 27/02/2006 13:56

Bonjour PPG,Bonne continuation dans ton voyage et tes explorations  :-)@ bientôtChristophe

PP GIRARD 27/02/2006 14:19

Salut le Pallois,Aha oui, c'est pour donner une note lyrique à ma démarche.Reflexion en off ce matin d'un lecteur occasionnel du blog, et grand praticien des RH : "vous avez des discussions très intéressantes entre blogeurs" ! tu as fait carnaval ce WE,..., tu t' étais déguisé ?

christophe blazquez 25/02/2006 11:43

Cher PPG,Effectivement, de nombreux bloggers (indépendants et non professionnels du blog) sont à mon avis l'illustration parfaite d'une forme d'implication. Ils peuvent prendre plaisir à écrire et à être lu, mettre en oeuvre une expertise et la faire partager, rechercher une forme de reconnaissance etc ...Par contre, tu semble découvrir la notion de tracback, outil très caratéristique du blog. Le blog est un outil ouvert, destiné non pas à conserver pour soi son audience mais au contraire à bénéficier at faire bénéficier des liens créés dans une communauté de blogs.Pourtant tu n'es pas novice en matière de blog ?   :-)A bientôtChristophe

PP GIRARD 25/02/2006 12:57

Tout a fait, d'ailleurs ton deuxieme paragraphe est une parfaite definition du trackback, confere art. ci dessus.    Je decouvre, comme un blogeur en herbe, que le trackback, quoique peu utilisé, peut etre amélioré, d'ailleurs c'est une critique generale. Disons que le trackback peut etre utilisé "de façon modérée". et que dire du blogroll ? on en reparlera.    Maintenant, bouteille moitie vide ou moitie pleine, le track peut capter de l'audience, le track peut ouvrir une autre audience, et  les deux ex. ci dessus en parlent mieux que moi.    J'entends : utilisation du track comme,  moyen de communication (outil) pour rebondir sur un article, pour développer un argumentaire, pour aller plus loin : ou alors,  je pourrais me contenter de "copier coller" des articles par ci par la en citant bien entendu l'auteur, néanmoins à mon avis ça n'apporte rien au débat  ;-)entre nous, il ya une dimension intégrite et  franchise la dessous ! Pourquoi aller se lacher sur le blog du voisin, le track permet d'oser, de s'affirmer, sur sa propre page web : c'est tres tres bon pour la confiance en soi ! je ne suis pas du tout convaincu, que le style imprimé sur son propre blog et le style (comportementale) imprimé dans les coms vers d'autres blog soit identique. la encore le débat est ouvert, et les blogeurs apprecieront.    L 'essentiel c'est de conserver sa liberté d'expression et d'opinion,  dans un respect mutuel de choix des mots, (entre parenthese le choix de l'outil, c'est pas important, ça n'empêchera pas "ton" audience de te lire regulierement si tu sais imprimer un style dans tes notes, les lecteurs apprecieront). faut pas avoir le traque :))))le Track, Ca ouvre des perspectives, ça permet d'aller voire ailleurs, à l'instar d'un voyage sur la blogosphère, et puis, c'est bien connu les voyages "forment" la jeunesse C'est ma conception du debat democratique.BWE à toi aussi.PS : Clément et Emma sont à Pau en WE, ils font du ski.