Patrons de TPE : recruter ses collaborateurs et les conserver, c'est un métier ! (où l'on prend son temps)

Publié le par PP GIRARD

Rappelez vous ces chiffres en ligne, courant février 2006, de l'observatoire de la petite entreprise :" 13.7 % des entrepreneurs souhaitent embaucher durant les 6 prochains mois, 11 % d'entre eux peinent à trouver de la MO, une offre sur deux reste en moyenne non pourvu. "  Dure de recruter pour des patrons de TPE, et le post de Sophie Ménard soulève entre autres ce  grave problème et invite à une prise de conscience patronale sur la perversité du système qui s'acharne sur le patron français, en particulier, le patron-ouvrier. Après le spleen des entrepreneurs locaux , voici l'angoisse (interne) et la peur (externe) des patrons de TPE au niveau national : " L'empire des salariés harceleurs", puisque sous la plume de Michel Volle, économiste au Monde,   " la proportion des pervers est la même parmi les salariés que parmi les patrons, ni plus ni moins. Certaines entreprises ont été coulées par des salariés ou des syndicats abusifs. Des abus, il y en a eu et il y en aura, des deux côtés. " : impressionnant !

Il y a matière à "ironiser" me direz vous sur la dure condition des responsables et autonomes chefs d'entreprise.  A lire les statistiques de la CCI de Cognac sur les demandes éventuelles d'aides et de conseils en matières de gestion d'entreprise, il y a aussi matière à se poser des questions ?

En somme,  le recrutement, mission qui fait chier toutes les personnes "concernées"  dans l'entreprise, à telle enseigne que même les DRH n'hésitent plus à soustraiter la globalité de la méthode ... renversant, n'est ce pas.  Imaginer un instant  le petit patron, au four et au moulin, responsable de tout, devant cette problématique kafkaienne ? Bien que notre patron conscient de ses responsabilités, compétent, pose méthodiquement le problème de départ : besoin, décision, responsabilité, engagement de  l'entreprise en terme de coût, et qui, d'un coup de baguette magique, bâcle son recrutement, en appel au réseau " minimaliste", choix du confrère, en feeling, ou plutôt ressenti, quand il ne s'agit pas de "sentiment" ... au secours !   en non formalisation de l'étude de poste de travail, ni perspective de carrière, et qui en guise de conclusion donne toute sa confiance à son expert-comptable pour, proposer, décider et valider le salaire à verser au futur recruté, en fonction de contrainte juridico-économique. Pour un responsable,  conscient des l'enjeux stratégiques dudit recrutement, je le trouve un peu irresponsable, notre homme orchestre.

Mots clés :  anticipation, rencontre, échange, évolution, sens, confiance
Si j'avais quelques infos à faire passer auprès des chefs d'entreprise, " toujours sur la brèche ", je dirais ceci : d'abord un recrutement ça se prépare, en terme de mission, dans un cadre plus global. Ensuite ça se vit, en prenant le temps de chercher les candidats (sourcing) de les recevoir, de les évaluer (pourquoi pas à deux ou trois), de faire connaissance. Le salaire, c'est nécessaire, mais  pas suffisant. Votre futur salarié aura besoin de comprendre ce qu'il va faire, ce qu'il apporte à l'entreprise, et, en contrepartie, il attend de l'entreprise des possibilités d'évolution, des aménagements pour des postes plus contraignants, et toujours, en toile de fond, cette fameuse relation de confiance qu'il faut entretenir, péréniser, optimiser, à défaut d'optimiser les Ressources Humaines.

Publié dans Stratégie d'emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'auteur 09/05/2006 10:25

Bertrant     > merci de cette remarque, qui va permettre de relance le débat dans un nouveau post.

Bertrand DUPERRIN 08/05/2006 18:14

On fait trop souvent l'erreur de croire qu'un bon recrutement n'est qu'une histoire de compétences. Ca rentre dans un contexte de "fit" mutuel dont certains aspects peuvent également être traités via le marketing social que tu évoques dans un autre de tes billets.Le bon candidat ne sera pas celui qui cherche un travail de x mais un travail de x dans l'entreprise y. A l'entreprise en question de savoir créer ce lien afin d'attirer les candidats qui lui conviennent: ils seront plus motivés et plus impliqués par ailleurs.