Une histoire de chèvres

Publié le

Une histoire de chèvres , car comme le suggère Darwin (1) dans ses théories sur l'évolution biologique et humaine, la lutte pour l'existence affecterait les populations, et en particulier les chèvres, Mais, ...ya pas de mais.

La loi des pauvres (2) :
Aux confins des Iles San Juan, repères de pirates et de brigants aquatiques, par delà   les Galapagos, les chèvres étaient au début les seuls habitantes et occupantes du territoire, et, elles  atteignaient un niveau de subsistance, hormis quelques maladies et autres incursions de piraterie et de Corsaires anglais. Puis vinrent les Espagnols qui mirent sur l'ile un couple de lévriers pour exterminer les chèvres et pour embêter les Anglais. Ces lévriers voraces augmentairent à proportion de la quantité de nourriture qu'ils trouvaient. Les chèvres diminuèrent en nombre et se retirèrent sur les rochers. et un nouvel équilibre s'installa. Les plus faibles des deux espèces furent parmis les premiers à payer le tribut de la nature, les plus actifs et les plus vigoureux préservèrent leur vie. C'est la quantité de nourriture qui régule l'effectif de l'espèce humaine. et le faible doit dépendre de la libéralité précaire du fort.  


Notes
Darwin (1) et le Darwinisme, de Patrick Tort, édition que sais je. La loi des Pauvres (2) :
elle préserve le faible au dépend du fort avec toutes les implications qui tiennent autravail de la selection naturelle

Publié dans J'ai LU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article